Les Légendes

On raconte …

Il y a longtemps des brigands sans pitié sévissaient dans toute la contrée, personne n’était à l’abri des leurs exactions et les habitants de la région craignaient pour leurs biens et leurs vies ? Un jour, les seigneurs du voisinage qui possédaient tout le pays décidèrent de se débarrasser une bonne fois pour toutes de ces hors-la-loi. Pour ce faire, ils utilisèrent un moyen radical : rompre la digue de Saint Benoît des Ondes et la mer en s’engouffrant engloutit tout sur son passage. Pourtant certains brigands réussirent à échapper au cataclysme ainsi créée et se réfugièrent avec leur famille sur une petite hauteur qui n’avait pas été recouverte : ce fût l’origine du bourg et de la paroisse de Lillemer.

Il existerait, d’une maison en bas de la butte au vieux colombier, un souterrain dans lequel vivent des “petits fins” sorte de nains très malins, très riches, qui ont en leur possession de grands trésors.

Les Croix

La Croix de Mission

Elle date de 1899 et marque l’apogée des missions catholiques à l’étranger. Comme beaucoup de croix de ce type, elle est disposée à la croisée des chemins pour appeler l’attention des gens de passage sur ces œuvres religieuses et susciter des vocations.

Elle porte une inscription gravée dans le granit : « Mon Jésus Miséricorde »

Nous devons sa mise en place à la générosité des paroissiens et sa réalisation au sculpteur Yves Hernot fils alors dirigeant de l’ “Atelier de sculpture Yves Hernot” et spécialisé dans la création de calvaires et de tombeaux. À voir également dans la région, les croix de cimetière de Fréhel et de Hillion dans les Côtes-d’Armor.


La Croix de cimetière

En granit et sans décor, elle date probablement du 17e siècle.


La Croix de chemin

Elle est adossée au pignon d’une ferme et donne son nom à cette partie du village, La Croix Blanche.

Datant également du 17e siècle, elle est de même type que celle du cimetière.

L’Architecture

L’église

Dès la fin du 13e siècle des textes mentionnent la présence d’une église à Lillemer. Tombant en ruine elle est détruite en 1836 puis reconstruite en 1837, action rare dans le département à cette époque. Elle accueillait jadis un pèlerinage destiné à la guérison des chevaux malades.

L’église est dédiée à Saint Éloi, patron des orfèvres et des métiers du fer.

Elle affiche une façade de style néoclassique, les quatre pilastres et le fronton triangulaire du portail en font foi.
Son clocher en façade surmonte une haute porte d’entrée, il dispose de trois cloches Jeanne (1583) Sainte Julienne (1684) et Denise Josèphe Marie (1970).
Jusqu’à la seconde guerre mondiale deux statues en bois, représentant Saint Éloi et Saint Jean-Baptiste, ornaient les niches extérieures, elles sont aujourd’hui reproduites en granit.

Son décor intérieur a été réalisé par l’architecte Jean-Gabriel Frangeul et le menuisier sculpteur Joseph Rochefort. Le maître-autel possède un ordonnancement avec baldaquin d’autel et gloire propre à une typologie du 19e siècle, il a ceci d’original d’être composé de deux arcs plein cintre donnant accès à l’arrière de l’autel. Tandis que les autels Nord et Sud ont été eux réalisé par le menuisier rennais, Melin.

L’œuvre majeure de l’église est une croix de procession du 18e siècle réalisée en 1742-1743 par le maître orfèvre malouin Jean-Vincent Delaune.
Outre l’édifice, la paroisse/l’ensemble dispose d’un colombier situé sur la hauteur de la butte et d’un cimetière clos en contrebas de l’église.

En 1999 de grands travaux de restauration, intérieur et extérieur, ont été réalisé.


Le colombier

Érigé avec les pierres de la colline et daté du 17e siècle, le colombier est un vestige du droit féodal que détenait en ces lieux l’évêque de Dol.

Il se présente comme une tour basse cylindrique avec, à son sommet, une ouverture tronconique en pierre. Nommés boulins, les niches où éclosaient les pigeonneaux sont aménagées en biais dans le mur et leur nombre, au moins 150, fait l’objet d’une question classique lors des rallyes. Les pigeons pouvaient sortir librement par le toit à ciel ouvert, au grand désespoir des paysans dont ils abîmaient les récoltes. Par la seule ouverture, petite et carrée située en bas côté Sud-Ouest, il est possible d’observer l’intérieur.


La Mairie

Le bâtiment date du 18e siècle, il est situé en face de l’église dont il était l’ancien presbytère.

Des travaux sont mentionnés dès 1859, puis de nombreux autres aménagements se sont succédés jusqu’à aujourd’hui. Il abrite dorénavant les locaux de la mairie au rez-de-chaussée et un logement privatif à l’étage.

On note les murs en moellons de schiste et aux encadrements en granit, caractéristiques d’un grand nombre de construction du village.


La serre paroissiale

 

Très endommagée elle est néanmoins toujours en place dans le jardin situé à côté de la mairie, bâtiment logement de l’ancien presbytère.

Commerces itinérants

Épicerie

Dol Services Plus – Serge et Benjamin Roy – Dol de Bretagne –

06 87 97 09 43 / 09 60 15 44 78

 Boulangerie

Guilaine et Frédéric Loisance – Saint-Guinoux –

02 99 58 85 37

Boucherie

La Doloise – Louisette et Mickaël Ferret – Dol de Bretagne –

02 99 48 43 75


Charcuterie


Poissonnerie


Associations

CLUB DU COLOMBIER

Présidente :

Mme Monique Bigot


UNC – Association des Anciens Combattants

Président :

M. Daniel KRIEGER


ACCA – Association Communale de Chasse Agréée

Président :

M. Sébastien GAUDIN


AJL – Association Jeunesse Lilleméroise

Présidente :

Mme Swannie LEROUX

Hébergements

Gîte et location de meublé sur la commune.

2 Gîtes, pour 2 personnes et 4 personnes.

– Monsieur et Madame Fernandez –

02 99 58 73 29 / 06 84 09 51 15

2 Gîtes, pour 4 personnes et 7 personnes.

– Monsieur et Madame Prouvost –

02 33 82 65 64 / 06 22 49 11 74



1 Location de maison de vacances « Le petit Bé ».

– Monsieur et Madame Carrier –

04 71 20 06 63 / 06 74 76 01 60

Salle des Fêtes

La Grande Rozière

Cette salle des fêtes, grande et lumineuse, peut accueillir jusqu’à 130 personnes. Vous pouvez la louer à la journée ou pour plusieurs jours.

Elle se situe dans le bourg, en retrait de la route sur un espace partiellement clos. Un grand parking attenant est à votre disposition.

À proximité vous trouverez également une aire de jeux pour enfants (avec toboggan, balançoires et tourniquet) un terrain de tennis ainsi qu’un terrain de foot.

En complément de la salle il est possible de louer sa cuisine équipée de … et l’ensemble de la vaisselle nécessaire à l’organisation de vos festivités.

Pour vos réservations ou toute information complémentaire, contactez la « Mairie »

 

Espace d’interprétation archéologique

Lillemer, une petite commune à l’Histoire très ancienne.

Le bourg de Lillemer est implanté sur l’un des quatre massifs rocheux émergeant des marais de Dol qui constituent le fond de la Baie du Mont Saint-Michel (Mont Saint-Michel, Mont-Dol, Tombelaine et Lillemer).

Il y a encore une vingtaine d’années, on ignorait totalement la présence de vestiges préhistoriques. Aujourd’hui, les locaux rénovés attenant à la mairie abritent un espace archéologique « conçu comme un outil au service des visiteurs ». Ainsi, l’on peut y découvrir les recherches effectuées sur le site archéologique, de la prospection (depuis 1995) à la fouille (de 2001 à 2013).

Mais, il s’agit aussi, à partir de l’exemple du site de Lillemer, de proposer une découverte de la période du néolithique, période importante de l’histoire de l’humanité où l’agriculture et l’élevage apparaissent et se développent.

Les études archéologiques ont montré un gisement néolithique de 30 hectares qui couvre la butte et s’étend dans les marais environnants. Des chemins de planches et de branches ont été retrouvés, exceptionnellement conservés par la tourbière. Foyer, objets domestiques et vestiges divers attestent de l’occupation du marais dès le néolithique.

La butte a été ceinturée par un système de talus, courant sur environ 1,5 km. Elle a été aménagée en terrasses qui ont vraisemblablement servi à l’habitat. Enfin conservé sous le talus-rempart néolithique des architectures de terre correspondent aux états les plus anciens conservés.

Remarquablement préservé, épargné d’urbanisation destructrice, le site archéologique de Lillemer est un des rares sites néolithiques en France à avoir livré cette qualité de vestiges.


L’espace d’interprétation Culturel

Un espace d’interprétation archéologique est ouvert au public, à côté de la mairie. Il présente les résultats des fouilles effectuées de 1997 à 2001 au moyen de panneaux explicatifs, de vitrines, de vidéos et d’ateliers adaptés aux enfants.

IL est conçu comme un outil de découverte au service du public, permettant de comprendre le site archéologique de Lillemer.

Le bourg de Lillemer est implanté sur l’un des quatre massifs rocheux qui dominent la baie du Mont-Saint-Michel et les marais de Dol. Des prospections archéologiques y ont montré l’existence d’un peuplement néolithique du Ve au III emillénaire avant J.-C.

Une entrée monumentale fait partie des découvertes, ainsi que des milliers de pièces lithiques et céramiques. Dans les marais environnants, grâce à la tourbe, l’état des découvertes est exceptionnel. Ont été mis au jour des chemins de planches et de branchages, des éléments végétaux, des graines, des objets domestiques… La nature du sol laisse espérer des découvertes importantes, notamment en matière d’anthropologie.

 

Des études récentes menées par l’INRAP puis le CNRS suggèrent, pour le néolithique moyen, une position de la butte proche de la confluence d’au moins deux profondes rias. Une vaste roselière parsemée de saules et d’aulnes s’étendait autour du promontoire. Un premier système de talus et de fossés de la période du néolithique moyen a été repéré en bas de pente, sur  presque quarante mètres de long. D’autres fouilles ont permis également d’identifier un second système de talus situé en contrebas de la route. Ces découvertes récentes sont très intéressantes pour les archéologues car les recherches antérieures ont principalement portées sur les monuments mégalithiques et peu de site avaient été étudiés jusqu’à présent sur l’habitat.

 A Lillemer, outre la présence d’une couche archéologique en place, localement conservée en arrière des talus, les marais environnants nous livrent aussi de précieuses indications sur les aménagements et les activités humaines aux abords immédiats de sites, qualifiés ici de sites centraux au niveau régional.

 Les campagnes de fouille des années précédentes ont mises au jour de découvrir les sols d’origine, les foyers, des vestiges de toutes sortes : planches, piquets, graines, objets domestiques, éléments végétaux… 

 

Découvert en 1995 et sondé en 2001, le site archéologique du Néolithique moyen de Lillemer (30 ha tout autour de la butte formée par la village), est inscrit dans un  programme de fouilles et de prospections thématiques financées par le ministère de la Culture, le Conseil Général et la municipalité. Cette nouvelle campagne de fouille 2008 durera tout le mois de juin et sur trois chantiers. Grâce à la tourbe, les vestiges sont en parfait état de conservation, et les différents travaux ont permis de confirmer l’existence d’un système d’enceinte néolithique étagé sur la butte de Lillemer. Pour la première fois, a été mise à jour une sépulture contenant les ossements d’un adulte. Cette inhumation en pleine terre pour une période aussi ancienne est exceptionnelle en Bretagne dont les sols acides ne permettent pas en général la bonne conservation des ossements.

Des grattoirs, percuteurs, morceaux de poterie ont été récupéré et dateraient autour de 4 000 ans av. J.-C. “Ces nouvelles fouilles nous apporterons peut-être des éléments nouveaux car, au vu des comparaisons avec d’autres sites, de nombreuses questions restent en suspens.

On cherchera à finaliser les hypothèses, poursuivre les études, chercher avec méthode une cohérence entre tous les acquis.

 Il est ouvert aux mêmes horaires que la mairie.

 Entrée libre

La Mairie

Le secrétariat de mairie est ouvert au public :

Le lundi de 08h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30

Le mardi de 09h00 à 12h30

Le jeudi de 09h00 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

Le vendredi de 10h00 à 12h30 et de 13h30 à 18h00

Fermeture le mercredi

Possibilité de prendre rendez-vous avec le Maire ou les Adjoints au 02 99 58 72 78


Vous pouvez également le contacter :

  • par téléphone au 02 99 58 72 78
  • par télécopie au 02 99 58 61 18
  • par courriel à : communedelillemer@orange.fr
  • par courrier postal à : Mairie de Lillemer, 2 Le Bourg  35111 Lillemer

Pour préparer vos demandes courantes, de nombreuses informations utiles sont disponibles dans la rubrique « Mairie Virtuelle »

Histoire

Lillemer

est le nom actuel de la commune, celui-ci a succédé à Lillemuer, Insula Muer, L’Isle-Mer ou encore Lislemer et signifie « île entourée d’eau ». Bien qu’aujourd’hui sa situation géographique soit terrestre elle demeure reliée à la mer par de nombreux canaux et les terres alentours sont inondées chaque hiver. Elle est dans le Marais de Dol, en arrière baie du Mont Saint-Michel.

Lillemer compte un peu plus de 370 habitants, appelés lillemeroises et lillemerois. La commune est située entre Dol de Bretagne et Saint-Malo, à quelques kilomètres de Saint-Benoît des Ondes et à proximité de la nationale N176, axe Pontorson/Dinan. Son territoire couvre une superficie d’environ 360 hectares, à une altitude comprise entre 1 et 13 mètres, qui regroupe trois lieux-dits le Bourg, le Roblin en Lillemer et la Bossaine en Lillemer.

Lillemer est une commune de la Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Malo est ouvert au public depuis 2001, il présente les principales découvertes.

Le patrimoine architectural est traditionnel et construit avec les pierres de la butte ; un colombier du 17e siècle, une église de style néoclassique, une serre paroissiale. Il y a également des croix, dont une monumentale nommée « Souvenir de Mission ».

Lillemer est une étape de nombreux circuits qui parcourent le Marais de Dol. Ce marais, parsemé de biez (canaux de drainage) et de chemins calmes, engage la promenade à pied, à cheval, la randonnée en vélo, en famille ou en groupe.

Véloroute Le retour des trois brigands du marais noir.

Circuit n°42 (Jean-Pierre et Michel Bânatre)

Le circuit de Lillemer IGN Chateauneuf d’I.&V